jeudi 27 août 2009

CLAUDE ROBINSON ou le combat d'une vie

14 ans. C'est plus que le temps réel que Vincent Lacroix et Earl Jones réunis, feront en prison. C'est le temps que la justice a pris pour rendre son verdict dans l'affaire Claude Robinson vs Cinar. Heureusement, l'issue est une victoire, le juge Claude Auclair, de la Cour Supérieure, ayant rendu un jugement de 240 pages sans équivoque en faveur de Monsieur Robinson.

Je me réjouis tant sur la plan humain que sur le plan juridique, sans oublier la noble cause du droit d'auteur si galvaudée en ces temps de Facebook, You Tube, My Space et cie.
Il n'en reste pas moins que je ne peux m'empêcher de réfléchir à cette longueur de temps...

Pendant 14 ans, l'auteur a été non seulement privé de son oeuvre et de ses redevances, mais surtout du bonheur de jouir du succès de sa série Robinson Curiosité devenue frauduleusement Robinson Sucroe, dans 165 pays! De la part des producteurs télé, il faut non seulement être malhonnête mais avoir un culot sans limites, aucune valeur morale, quand on sait en plus que le personnage animé dans la série volée était le visage même du créateur, dixit l'auteur lui-même. C'est plus que de l'arrogance de la part de Weinberg, Charest, Izard et cie que d'avoir cru que le plagiat ne serait jamais découvert. Ce qui semble une évidence aujourd'hui a tout de même exigé une recherche colossale de la part de Monsieur Robinson et un nombre inouï de procédures judiciaires.

Et surtout, l'auteur a vécu dans une prison à ciel ouvert, traversant plus de bas que de hauts, avec des moyens financiers minimes et une estime de soi en dents de scie et je présume, une rage au coeur que de devoir prouver la paternité légitime de sa création.

En ces temps où le mensonge est érigé en système et que les bandits en cravate s'en sortent trop souvent au détriment de leurs victimes, il faut espérer que le jugement Auclair sera non seulement respecté, sans appel, mais surtout que Monsieur Robinson retrouve une sérénité et le plaisir de créer. Car si Piquer c'est voler, copier une idée c'est tuer l'auteur à petit feu... Une oeuvre d'imagination n'a pas de prix! On parle ici de cette chose intangible, appelée le talent. Heureusement, pendant ces 14 ans, Monsieur Robinson a survécu. Imaginez si une maladie l'avait emporté avant que cette bataille connaisse son dénouement... On ne parlerait plus d'un dessin animé pour enfants mais d'un drame. Je souhaite de tout coeur: longue vie à Monsieur Robinson!

12 commentaires:

  1. Claude Robinson a déclaré qu'il se consacrerait a la peinture et ne toucherait plus au domaine de la télévision. Je comprend moins la Sartec qui dit que c,est une victoire pour les scénaristes. Même si la Sartec a le mérite d’avoir ramassé des fonds de 84,000$ pour aider Robinson, la facture totales est de plus de 2 millions en frais d,avocats (frais qui ont été avancés par les avocats) A mon avis ce n,est pas vraiment une victoire des scénaristes car qui peux imiter Claude Robinson? Et attendre 14 ans a se prendre la tête avec cela au lieu de créer? Sa cause montre plus un problème d,accès a la justice comme le dit Monsieur Boivert dans la Presse et je suis entièrement d,accord avec son article brillant de ce matin.

    Robinson vient plutot de prouver que la justice est inaccessible pour un scénariste lésé, a défaut d,être un surhomme... Y passer 14 ans et a ne rien faire d'autre ou presque...Mettre toute son énergie la dessus C,est un cas exceptionnel

    La Sartec devrait continuer de trouver de meilleure facons encore de donner accèes a la justice plus rapidement et a moindre cout a tout créateur lésé. Qui suivra les traces de Claude Robinson ? Et ce n'est pas fini encore. SI il y a appel ca peux durer encore un an ou deux de plus. Ouf...

    Cette cause amène beaucoup de questionnement sur la suite des choses... Que fait-on a partir de la pour protéger les créateurs? On déclare a la Sartec bravo mais si c,est volé ensuite on imite Claude? Non merci!

    Enfin ce n,est que mon opinion...

    René Grignon (qui a gagné une cause de plagiat en musique il y a 20 ans mais ca a pris 3 ans... j,étais épuisé d,ailleurs mentalement ainsi que mon compte de banque passablement affecté. J,ai gagné mais il était temps que ca finisse... 14 ans... Sans se décourager. Chapeau Claude!!!. Bravo! mais comme je disais ce type est un surhomme! pourtant je comprend ce qui l'a motivé. Mais ce que j,ai fait n,est rien a coté de lui. Ici ca ressemble a un film on croit rêver... Je l'ai rencontré une fois. Car avant lui j,étais le seul au Canada a avoir gagné un cause de plagiat. Il avait des questions a me poser. Nous avons discuté. Un type charmant...

    RépondreSupprimer
  2. Claude est une inspiration pour moi dans mon combat contre Astral/Doner/Mazda.

    Rester debout devant ces grosses corporations demande du courage, de la foi, mais aussi un brin de folie :-)

    Mais à l'heure de l'hypercommunication, je pense que j'ai tous les outils qu'il faut pour obtenir gain de cause sans passer par le système judiciaire.

    La justice n'est pas un moyen pour moi, mais un frein qui étouffe la vie.

    RépondreSupprimer
  3. Le combat de M. Robinson laisse pantois. Au-delà de sa victoire après 14 ans, il illustre de façon trop spectaculaire, hélas le fonctionnement de notre société, en théorie libre, mais au fond, basée sur l'injustice et le mensonge. Pour une victoire en 14 ans, combien de millions de petites défaites quotidiennes dans les milieux de travail. L'économie ralentit, on compresse les emplois, la peur s'installe chez les travailleurs et l'arbitraire devient la règle de gestion. Il y a de petits Cinars qui dorment chez beaucoup d'employeurs. Et quand on entre dans le domaine des idées et de la création, c'est "open bar"pour les voleurs en cravate.

    RépondreSupprimer
  4. à René: merci du commentaire venant d'un créateur lui aussi, déjà victime de plagiat.
    à Pierre: à l'exemple de M. Robinson, soyez tenace!
    à Claude: votre phrase lourde de sens et malheureusement vraie ouvre la porte à un autre billet/ blogue à venir: Il y a de petits Cinars qui dorment chez beaucoup d'employeurs... La liste serait longue!
    diane

    RépondreSupprimer
  5. Quelle victoire! Félicitation à ce combattant, à ce héros qui a su se tenir debout, à la force de caractère incroyable qu'a sû garder Claude Robinson au fil du temps et des mensonges "meurtriers" de ses opposants. J'ai lu le jugement de 240 pages avec la même passion que la lecture d'un roman... et pourtant l'histoire est vraie et scandaleuse. Heureusement, le dénouement est positif et je souhaite à Monsieur Robinson que ses opposants ne pousseront pas l'audace jusqu'à porter cette décision en appel. Monsieur Robinson vous avez toute mon admiration!
    Stella W.

    RépondreSupprimer
  6. Une victoire que nul n'aurait u croire possible. C'était David contre Goliath et, par sa persévérance et son désir de justice, refusant d'être écrasé par le pouvoir de l'argent, David a gagné.

    En ce qui concerne, l'utilité du blogue, Diane, tu as probablement raison.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne répèterai pas ici tout ce qui est dit dans les autres commentaires car je suis entièrement d'accord avec eux tous. Ce que j'ajouterais c'est que ce plagiat devrait être dénoncé dans les 165 pays où Robinson Sucroe a paru afin de reconnaître l'oeuvre de M. Robinson. Bravo et chapeau M. Robinson, nous essayons tous et toutes d'imaginer ce que vous avez enduré pendant ces 14 ans. Maintenant, reposez-vous et soyez fier de ce que vous avez accompli.

    RépondreSupprimer
  8. La copie, le vol, le mensonge... la nature informelle et sous-jacente de l'humain.
    http://www.pause.pquebec.com/sujet/micheline-charest-et-cinar.htm

    Je n'aime pas jouer à "qui dit vrai?", je suis toujours certain de perdre! :))))))))

    RépondreSupprimer
  9. Merci Claude pour la référence, cet hyperlien mène à un résumé transparent...

    RépondreSupprimer
  10. Nous, les bibliothécaires, devons faire des pieds et des mains pour expliquer, informer, jouer à la police des fois, eu égard au respect du droit d'auteur. Avec internet, la donne a complètement changé. Le 'droit d'auteur' est en butte au 'Copy right'. Deux philosophies et le même besoin...

    Le cas de Robinson est exemplaire... et pathétique. Nous avons un gros devoir de mémoire en vue, je pense bien...

    RépondreSupprimer
  11. Je suis en admiration envers cet homme extraordinaire et si courageux! Sa tenacité et sa détermination nous serviront d'exemple dans tout combat contre le vol ou le plagiat! Bravo M.Robison ,je vous supporte de tout mon coeur! xx

    RépondreSupprimer
  12. Je veux vous suggérer de vous joindre à Claude sur Facebook.

    Il n'a jamais eu autant besoin d'appui. Le bataille n'est pas fini hélas.

    http://www.facebook.com/group.php?gid=107010975993061


    Merci à l'avance !

    RépondreSupprimer

J'adore vous lire!